Une maison presque au bord de la mer

L'histoire de notre maison normande

28 février 2010

Prolongations

Je voudrais rassurer ma famille ....... :o)

 

On avait 5 mn d'avance. Les Petits Mousses dormaient encore à moitié et avaient eu droit à un biberon de lait, donc ils ne chouinaient pas.
5h25. 'Mélie fait vrombrir son carrosse et descend la côte. "J'ai vu la mer en premier.  J'ai gagné ! " J'avais pas eu de mal .... leur petit coeur dormait encore !!
Mais c'est quoi tout ce monde sur les côtés ? Ce gyrophare au carrefour ? Un accident ? Elle se renseigne au képi en faction.
"Bin Madame, tu sais pas ? C'est le tsunami ! T'écoute pas la radio, Madame ? Un avion ??? Tu passeras pas, Madame, les routes sont interdites. C'est l'alerte rouge." (Vous mettrez l'accent, c'est mieux)
5h25 pour un avion à 8h20 .... On était hyper bien dans le timing ... Ils nous font un tsunami !!! T'ain !!! Mon avion !!!

 

On branche la télé et on écoute les infos, moitié français, moitié tahitien. On suit sur la carte de la cuisine (là où on bouge le truc rouge qui matérialise le bateau-de-papa) la progression de la vague qui nous arrive du Chili.
On fait des sandwich et du café pour les gens venus se réfugiés sur les hauteurs et qui sont devant notre porte depuis 3h du matin pour certains.

 

La vague doit faire 2 mètres au départ. Chez nous, 50 cm. La moitié de PM 2. Cela rassure les plus jeunes. Si c'est plus petit que Jojo ... C'est sa vitesse qui fait peur 200 ou 300 kms/heure mais on ne dit rien. La maison est sur les hauteurs. Avant qu'elle n'arrive jusqu'à nous !!!

 

9h00, 5ème café, infos du 20 h de France 2 en direct sur RFO. 9h05, on appelle Zoun car on ne peut pas joindre Papili. Elle appelle Mamie pour avoir son n° de portable. Papili était dans ses travaux. Pas d'affolement. On a dit pas d'affolement.

 

9h10 Papili est déjà au courant et nous parle du tremblement de terre du Chili et de son alerte tempête à lui. Et de la grêve à Air France. T'ain chuis pas rentrée !!!!

 

9h20, PP/MM veulent des nouvelles aussi. On est débordées. Et la vague n'est toujours pas passée. Elle devait être là à 8h50  ... Qu'est ce que c'est que ce binzzz !!!

 

Avec les Petits Mousses, on attend. On attend cette vague. Sur le bord de la route. Avec les voisins, les gens qui sont là. On parle, on joue. On regarde le bateau gris de papa qui fait des allées et retour au large. On sait que c'est son bateau. C'est sûr. Et on l'a bien vu, il a mis sa casquette, il est assis sur son fauteuil, on lui fait des signes, .... On passe le temps.

 

Alors cette vague ???? On en attend une comme à Pucket !!! Ils nous ont remontré les images à la télé. En boucle. Pour bien faire peur aux enfants.

 

J'ai vu 3 vagues. Si, si, je les ai vues. Pointe Vénus, la pointe la plus au nord de Tahiti. On l'a en ligne de mire quand on sort de chez 'Mélie. La mer se retire doucement du lagon et découvre les amas de coraux. Puis elle remonte et on voit l'onde qui va vers la plage. Les cocotiers ont eu un peu les pieds dans l'eau. 3 fois. Pour nous, c'est tout. Et n'allez pas chercher la marée montante du Mont St Michel. A vitesse d'un cheval au galop ! Non, non. Pas de ça ici.

 

Nous sommes sur une île neuve, très escarpée, entourée en grande partie par une barrière de corail. Donc protégée. Les îles vieilles, plates, les atolls, comme Bora-Bora, Tubuai, sont plus fragiles. Rien n'arrête le vent ou l'eau. Rien n'arrête la vague. D'ailleurs ici à Tahiti, les seuls endroits où la mer est entrée dans les terres pour mouiller la route, sont les plages à surfer, sans barrière de corail, avec le mer en direct.

 

On a déploré un blessé quand même. Notre Jojo à nous. A faire l'andouille en attendant le tsunami. A faire des galipettes sur le bitume de la route ... Il s'est fendu la tête en deux. On l'a soigné, lui et son doudou. On a failli raté la vague !

 

Et mon avion dans tout cela ??

Il est parti à 7h20 au lieu de 8h20. Le lâche !
L'alerte ayant été levée à 11h30, nous nous sommes pointés à l'aéroport vers 13h00. Tous les guichets sont fermés. En ville aussi (nous sommes samedi, tout est fermé. Et oui !!!!). Le téléphone fonctionne très mal. Parfois, on arrive à avoir un répondeur. Sur le site d'Air France, on pense que l'avion de demain matin est complet. Bref, on ne sait rien, on ne peut joindre personne. Comme nous sommes des gens volontaires, demain 5h30, on remet ça avec 'Mélie, pour voir s'il n'y aurait pas une petite place pour moi dans l'avion du matin ou éventuellement réserver ma place pour lundi matin !!!! Chuis pas rentrée ! C'est moi qui vous le dit !!

 

C'est pas grave !! Rien n'est grave ici. Je ne suis pas seule dans un aéroport à dormir sur un banc.
Je joue les prolongations en famille. Grand Loulou qui a garé son bateau à sa place dans le port, est rentré. Je lui avais mis de la bière au frais avant de partir. Il lui faudra la partager.

Il reste du Tahiti Drink ????

Vous ne connaissez pas le Tahiti Drink ? Pôôôvre de vous !!


Posté par mamina37 à 02:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • courage

    bon courage pour votre retour, en attendant profitez pleinement de ce sursis avec votre fille et les enfants.
    Bises à vous tous

    Posté par Ludivine, 28 février 2010 à 10:25
  • C'est étonnant comme il y a peu de commentaires en ce moment!

    J'en ai rarement laissé, alors que je viens ici régulièrement.

    Je me disais bien que vous supporteriez mal d'être loin des petits pendant si longtemps, mais je ne pensais pas que vous iriez là-bas!
    "reportage" criant de vérité sur la vie là-bas!

    Et j'en profite aussi pour dire que j'admire les travaux au Boramer: j'ai les mêmes "dans les terres", mais sans aide familiale, et c'est déprimant de voir l'état de la maison.

    Bon retour!

    Posté par Oudemia, 02 mars 2010 à 19:32
  • Oudémia

    Votre adresse mail ne répond pas ... Est-ce la bonne ???

    Posté par mamina, 03 mars 2010 à 18:13

Poster un commentaire